Musique baroque et poils de licorne avec Harmonia Sacra

  • Aisne

« C’est quoi la grosse boîte ? », « ah y’a un violon ! », « je sais pas, peut-être qu’ils vont chanter »… Alors que les élèves de 5e du collège Louis Sandras d’Anizy-le-Grand dans l’Aisne, pénètrent dans le self de l’établissement, ils n’ont encore absolument aucune idée du type de spectacle auquel ils vont assister. Seul élément connu, par déduction : il s’agit d’un concert puisque c’est Claire Remond, leur professeure de musique, qui a mis sur pied ce projet. « L’accès à la culture peut être difficile par ici. Certains ne sont jamais allés à un concert, alors c’est bien que ce soit la culture qui viennent à eux ».

Sur « scène » Yannick Lemaire, Camille Dupont et Paul Monteiro, de l’ensemble baroque de Valencienne Harmonia Sacra, respectivement à l’orgue, au violoncelle et au violon. Leur ambition : faire découvrir aux jeunes la musique baroque, avec un impératif, créer du lien et proposer une rencontre, au sens premier du terme.

En guise d’introduction Yannick Lemaire demande aux élèves de consentir à un voyage dans le temps. Quitter le XXIe siècle et ses plateformes de streaming pour le XVII, le Grand Siècle de Louis XIV et sa musique de chambre « La musique baroque a été à la mode mais à un autre moment de l’histoire ! » précise l’artiste. Puis le trio se met à jouer un morceau « d’un musicien avec de drôle de noms et prénoms », Jean-Féry Rebel. Le silence se fait, puis peu à peu, les têtes commencent à dodeliner, les jambes à marquer le rythme, les yeux à devenir plus ronds au fur et à mesure que le violoniste accélère la cadence. À la fin du premier morceau, au vu des applaudissements, les élèves semblent conquis. Pendant 30 minutes le trio alterne musique et questions à leur jeune public, aux réponses souvent justes, parfois comiques : « Avec quoi sont faits les archets ? » « Des poils de licorne ! » Et pourquoi pas après tout.

À la fin de la représentation les questions fusent : comment prend-on soin de ses instruments ? Combien ça coûte ? Comment fait le violoniste pour jouer aussi vite ? Comment les musiciens ont-ils choisi leurs instruments ? Et surtout : quel est l’instrument qui ressemble à une boîte en bois ? Alors Yannick tente de leur faire deviner en distillant quelques indices : ça ressemble au son de la flûte, on peut en trouver partout : dans les lieux de cultes, les mairies… Un orgue ! Le musicien dévoile alors les multiples sons qu’ils peut jouer avec son instrument, mais en révèle aussi l’intérieur en ouvrant de petites portes qui permettent de voir tous les tuyaux qu’il renferme. Un dévoilement aussitôt suivi de « Oh ! » et de corps qui se soulèvent des chaises pour regarder tout ça plus en détail.

Bon et alors, ce concert, c’était comment ? « J’écoute plus Slimane et Vitaa mais j’ai bien aimé, ça change », confie Jade. « Oui c’était sympa », complète sa copine Marion, plus branchée hard rock que musique classique. « C’est sympa qu’ils viennent au collège, je ne serai pas allé les voir sinon », explique Thomas.  Un concert qui a même donné des idées à certains « Si je réussis pas dans le foot, je ferai de la musique », planifie Lucas. Avec quel instrument ? « De la guitare ! » Évidemment.

Pour découvrir les actualités d’Harmonia Sacra, rendez-vous sur leur site internet ou sur leur page Facebook

1 thought on “Musique baroque et poils de licorne avec Harmonia Sacra”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *