Une drôle de boîte pour imaginer le futur avec le collectif Faubourg 132

PLAINES D’ÉTÉ – Mirages, regards vers le futur4 octobre – Fourmies

Le collectif Faubourg 132 a planté sa « machine » en face du Musée du textile et de la vie sociale (MTVS) à Fourmies.
© Olivier Pernot

Le collectif Faubourg 132 a planté sa « machine » en face du Musée du textile et de la vie sociale (MTVS) à Fourmies. Cette journée du dimanche 4 octobre, c’est la Fête de la Science, et après avoir visité l’établissement, plusieurs visiteurs s’aventurent de l’autre côté d’un large fossé pour découvrir cette drôle de boîte, qui est au cœur du projet Mirages, regards vers le futur. Ce dispositif a été imaginé par Faubourg 132, un collectif de quatre jeunes artistes/designers tous issus de l’École Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes.

Le collectif Faubourg 132 a planté sa « machine » en face du Musée du textile et de la vie sociale (MTVS) à Fourmies.
© Olivier Pernot

Deux des membres du groupe, Léa Barbier et Justine Pillon, expliquent le fonctionnement de l’engin : « Les personnes dessinent sur des rhodoïds, des feuilles transparentes, les changements qu’ils imaginent pour un lieu. Leur feuille est superposée à la photo du lieu (ici le bâtiment du musée). Les enfants sont très imaginatifs et inventent plein de choses. Souvent farfelues. Les adultes ont plus de barrières. L’idée est d’imaginer le futur, de se projeter, d’être acteurs et de s’approprier son territoire, son quartier, ses bâtiments. »

Le collectif Faubourg 132 a planté sa « machine » en face du Musée du textile et de la vie sociale (MTVS) à Fourmies.
© Olivier Pernot

Les rhodoïds sont ensuite mis dans la boite, une sorte de rétroprojecteur baptisé épiscope, en superposition de l’image que l’on y voit. Cela donne des résultats surprenants : un grand toboggan qui descend le long de la cheminée du musée, les anciennes fenêtres qui resplendissent de couleurs vives, une verrière qui surplombe le bâtiment, etc.

Durant l’après-midi, enfants et adultes vont se prêter au jeu. Habitant à Wignehies, Séverine Legrand est accompagnée de sa fille Léonille, 11 ans : « Comme elle vient de rentrer en 6ème, c’était intéressant de venir au musée pour la Fête de la science. » La jeune fille dessine plein de couleurs sur son rhodoïd pour donner plus de vie au bâtiment de briques. Sylvie, une habitante de Fourmies, est venue également pour la Fête de science : « Je verrais bien une verrière au-dessus du bâtiment, avec des grandes vitres pour apporter de la lumière. Il pourrait y avoir dans cet espace une cafétéria et une bibliothèque avec plein de livres. »

Dès qu’ils sortent du musée, plusieurs autres visiteurs rejoignent l’équipe de Faubourg 132. Les enfants s’emparent des feutres de couleur. Comme Clémence, 6 ans et demi, venue de Chimay avec ses parents et son petit frère. « Sa maman la regarde faire et dit : « Elle s’exprime plus facilement avec des feutres ! ». Il y a aussi Neige, 7 ans, habitant de Leval : « J’ai dessiné un grand toboggan et j’ai mis plein de couleurs sur mon dessin. »

Le collectif Faubourg 132 a planté sa « machine » en face du Musée du textile et de la vie sociale (MTVS) à Fourmies.
© Olivier Pernot

Ce jour-là, Faubourg 132 invitait les passants à imaginer le futur du Musée du textile et de la vie sociale. C’était son 7ème impromptu dans le cadre de Plaines d’été. Depuis le début du dispositif, le collectif a baladé sa boîte dans plusieurs lieux de la région : une plage de Cap Blanc Nez, le port de Dunkerque, une brocante à Rebecques, une place à Liévin, etc. Avec toujours la même satisfaction de voir les enfants et les adultes laisser libre cours à leur imagination, feutres en mains, et dessiner le futur.


Texte et photos par Olivier Pernot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *